La dépendance pourrait coûter 35 milliards d’euros par an à l’Etat d’ici 2060

Le 27 février dernier, le Ministère des Affaires sociales et de la Santé de Marisol Touraine a rendu public une étude dressant un bilan du coût de la dépendance en 2011 pour les finances publiques. Cette expertise anticipe également l’évolution de ces dépenses publiques d’ici à 2060.

La facture 2011 de la dépendance

Pour l’année 2011, la prise en charge liée à la perte d’autonomie a coûté 21,1 milliards d’euros à l’Etat, soit 1,05 % du produit intérieur brut (PIB) de la France. Cette « facture » englobe les dépenses publiques d’hébergement, de prise en charge médico-sociale et de santé. Si l’on prend en compte les dépenses qui étaient à la charge des ménages, le coût de la dépendance s’élevait à 28,3 milliards d’euros en 2011, soit 1,41 % du PIB.

Les méthodes de calcul pour se projeter jusqu’en 2060

Plusieurs scénarios d’évolution ont été envisagés pour estimer ce que pourra coûter la dépendance d’ici 2060. Les évolutions législatives, démographiques et macro-économiques ont été prises en compte. Les conclusions tendent à prouver que les évolutions législatives (mode de calcul des aides sociales et fiscales) et démographiques (suppositions sur la durée de vie en bonne santé) influent plus sur les dépenses liées à la dépendance que la conjoncture économique. Toutefois, les extrapolations sur l’indexation des aides financières versées aux personnes âgées dépendantes ont une incidence sur le partage de la dépense entre les ménages et l’Etat, mais pas sur le montant total.

Une facture à 35 milliards d’euros pour 2060

Si aucune réforme n’est votée d’ici à 2060, les dépenses publiques liées à la perte d’autonomie devraient atteindre 35 milliards d’euros, soit 1,77 % du PIB. Si l’on inclut les dépenses prises en charge par les ménages, la dépendance coûtera au total 51,6 milliards d’euros en 2060, soit 2,58 % du PIB. Selon les prévisions démographiques, d’ici à 2060 l’accroissement de ces dépenses sera continu sur toute la période. Mais c’est entre 2025 et 2040 que cette augmentation sera la plus forte.